Chantier STX

Le ministre italien Calenda devant l’annonce de la nationalisation française se met en colère avec le ministre Bruno Le Maire: « Il n’y a aucune perspective pour l’acceptation par l’Italie du 50%, moins de ce qu’ils avaient les coréens, c’est une question de respect et de dignité. Nous ne bougerons d’un millimètre et nous ne le ferons pas mardi 31 juillet. Et ce sera bon pour la France, car ils doivent comprendre qu’il est erroné de nationaliser. « [1]

Fincantieri a racheté au mois de mai 2017 la majorité du chantier STX pour €79,5 millions (Source CDP http://en.cdp.it/Projects/All-Projects/Fincantieri-Acquires-STX-France.kl ).

L’Italie n’accepte pas la soumission à la France.

Projet Lyon-Turin

Le ministre italien Delrio, face à la “pause” française imposée à l’Italie, a été plus accueillant avec le ministre Elisabeth Borne: il y a des «convergences sur les stratégies (françaises, NDLR) que notre Ministère est déjà en train de poursuivre, par exemple par des œuvres simples et utiles. » [2]

Pour faciliter ces convergences et la poursuite des travaux du Lyon-Turin Delrio réitère les inéquitables engagements avec la France [3] qui stipulent que l’Italie ira payer la majorité des coûts du projet Lyon-Turin (58% contre 42%) [4] tout en recevant en retour seulement 12,2 km de la longueur du tunnel de 57,2 km.

Et le coût du tunnel par km vole pour l’Italie: €245 millions contre €48 millions pour la France [5]

Dans ce cas, la soumission italienne est un véritable transfert de souveraineté de l’Italie en faveur de la France, une réalité que les gouvernements italiens qui se sont suivis ont toujours caché au public.

Il faut aussi rappeler que la Haute Administration française était déjà réticente à l’époque des accords.

L’investissement italien  dans le Lyon-Turin – environ  €3 milliards – vaut 38 chantiers STX.

Version italienne http://www.presidioeuropa.net/blog/?p=12401

[1] http://www.ilsole24ore.com/art/notizie/2017-07-29/fincantieri-calenda-italia-non-arretra-un-millimetro-no-50percento-130928.shtml?uuid=AEGQU05B

[2] http://www.mit.gov.it/comunicazione/news/torino-lione-francia/bilaterale-italia-francia-su-infrastrutture-e-trasporti

[3] Accord de Rome 30.1.2012  Cf. Articles 11 et 18

[4] La clé de répartition avec la contribution européenne: UE 40% – Italie 35% – France 25%. Et sans la contribution européenne: Italie 57,9% – France 42,1%.

[5] http://www.presidioeuropa.net/blog/?p=9871